La Victoire de Samothrace

          la Victoire de SamothraceLors d’un séjour à Paris, j’ai fait comme tout le monde : je me suis perdue dans les allées du Musée du Louvre. Et au détour d’un couloir le choc, je tourne la tête et je la vois, trônant au fond de la salle, en haut de l’escalier : La Victoire de Samothrace.

          Je ne saurais pas vous dire exactement ce qui s’est passé, mais je suis restée là pendant une bonne minute sans pouvoir la quitter des yeux. Ça m’a donnait envie d’en savoir un peu plus sur cette magnifique sculpture et de le partager avec vous.

          Cette femme ailée, dans sa robe drapée et posant tout juste le pied sur la proue du navire, représente à elle seule toute la symbolique de victoire chez le peuple grec. Si on sait que le bras gauche de la statue était abaissé et devait tenir un trophée, on longtemps imaginé à tort que le bras droit levé arborait l’un des symboles grec de la victoire (trompette, couronne..). Aujourd’hui après la découverte de la main manquante paume ouverte et doigts tendus on sait qu’elle effectuait juste un salut.

          Son histoire commence en 1863 avec la découverte par Champoiseau de morceaux de buste et des fragments de draperie, on lance alors des fouilles plus approfondies pour retrouver la tête et les bras mais rein hormis des blocs de marbre que l’on imagine alors faire partie d’un tombeau. C’est donc sous la forme d’un simple buste que la Victoire de Samothrace sera exposée pour la première fois au Louvre en 1866. Une seconde expédition identifiera les blocs de marbre comme la proue d’un navire. Champoiseau décide de rapatrier les blocs à Paris et de rassembler les deux éléments de la statue. Une reconstitution de l’édifice commence avec l’assemblage de tous les fragments recueillis. L’aile droite sera un moulage inversé de l’aile gauche. Seuls la tête, les bras et les pieds ne sont pas reconstitués.

          La véritable prouesse de cette Victoire repose sur sa construction. En effet le sculpteur a dû redoubler d’inventivité et de savoir-faire afin de trouver l’équilibre parfait qui permette à la statue (composée de de se maintenir en place.

          Pour la petite histoire la Victoire de Samothrace quittera le Palais du Louvre entre 1939 et 1945 pour être mise à l’abri au Château de Valençay dans l’Indre. En effet pendant cette période, de nombreuses œuvres ont été déplacées dans la peur de la voir détruites ou prises comme trésor de guerre.

          Depuis je suis retournée plusieurs fois au Louvre sans jamais oublier de m’arrêter pour l’admirer. Et c’est étrange, comme à chaque fois la magie opère. Je retrouve ces sensations de puissance, de grandeur, de féminité, en fermant les yeux j’aurais presque l’impression d’entendre les combats sur les eaux grecques….

Olivia.